Point d’aencrage travaille au dialogue entre tous les progressistes, et la période actuelle le rend plus que jamais nécessaire.

C’est pourquoi Point d’aencrage reproduit ici une tribune publiée sur le site Libération.fr , dont une partie des auteurs est membre actif de point d’aencrage. Il s’agit toutefois d’une opinion libre qui n’engage pas point d’aencrage et ne reflète pas la vision de l’ensemble de ses membres.

Cent-cinquante jeunes écologistes, libéraux, radicaux et Insoumis, centristes et gaullistes appellent à voter contre Marine Le Pen. Ils invitent le candidat d’En marche à tenir le cap notamment sur la transition écologique, la moralisation de la vie publique…

Monsieur Macron,

Certains d’entre nous marchent à vos côtés ; d’autres voteront pour vous pour la première fois lors du second tour de l’élection présidentielle. Mais dans cette diversité, nous sommes unis autour d’une conviction : il vous revient l’immense responsabilité de rassembler et faire progresser notre pays, et c’est pour cela que nous vous soutenons. Ecologistes, libéraux, socialistes, radicaux, Insoumis, centristes, démocrates, gaullistes, républicains, nous ne mettons pas nos sensibilités de côté en vous écrivant d’une seule plume. Certains porteront leur propre message aux élections législatives.

Néanmoins, nous ne pouvons nous résoudre à ce qu’une majorité de jeunes risque de voter pour le Front national. Nous refusons le piège de ce parti qui veut réduire le débat à deux France qui s’opposeraient l’une à l’autre, celle des gagnants contre celle des perdants de la mondialisation. Nous refusons de laisser à Marine Le Pen le monopole de la jeunesse, des plus précaires et des classes populaires ; car les membres de son parti ont toujours montré leur mépris envers les plus fragiles dans leurs actions municipales comme parlementaires.

Protections sociales

Nous vous avons écouté attentivement car vous avez fait appel à notre intelligence : dans votre discours, nous n’entendons pas la simple diabolisation du Front national, celle-là même qui n’a jamais empêché sa banalisation ou permis son recul dans les urnes. Nous avons entendu et attendons bel et bien des solutions concrètes, claires et chiffrées. Nous voudrions ainsi mettre en exergue certaines de vos solutions pour lesquelles nous vous appelons à tenir le cap avec fermeté :

Après la COP21, il est urgent de se donner les moyens de réussir la transition écologique. Nous saluons donc votre proposition d’un plan d’investissement de 50 milliards d’euros qui donne une part importante au développement de l’économie circulaire et de la rénovation thermique, à la modernisation des transports publics.

Alors que le marché du travail a profondément changé, il est essentiel de trouver de nouvelles protections sociales. Nous soutenons donc votre proposition de garantir l’assurance chômage aux travailleurs indépendants et aux agriculteurs, et de permettre aux salariés démissionnaires d’en bénéficier aussi une fois tous les cinq ans. Nous accordons aussi une grande importance à l’investissement pour la modernisation de la formation professionnelle que vous proposez.

Quartiers défavorisés

Malgré des décennies de «crise du logement», tout reste à faire. Et nous nous félicitons de votre proposition de créer 80 000 nouveaux logements pour notre génération qui seront accessibles sans dépôt de garantie et sans demande de caution.

L’Union européenne a besoin d’un nouveau souffle démocratique. Nous apprécions vos propositions de conventions démocratiques à travers toute l’Union, pour prouver que la démocratie représentative peut être complétée par la démocratie délibérative et transfrontalière, celle-là même qui tient à cœur à la génération Erasmus. Nous retenons aussi avec attention l’idée d’un ministre des Finances européen responsable devant un parlement de la zone euro.

Les quartiers défavorisés ont plus que jamais besoin d’aide alors que les inégalités se creusent sur tous les plans. C’est pour cela que nous soutenons votre proposition de développer des emplois francs dans ces quartiers, de dédoubler des classes de CP et CE1 en REP et de lutter contre la fracture numérique qui cloisonne certains de nos compatriotes.

Nous sommes consternés par la division du pays, organisée plus ou moins savamment par les politiques. Vous avez affirmé votre volonté de rassembler les Français : l’égalité des chances et des droits, pour que chacun parte de la même ligne de départ, est un axe fort de vos propositions, en particulier l’égalité femmes-hommes, qui sera la grande cause nationale de votre quinquennat. Vous dénoncez les discours de haine et respectez chacun quelles que soient son origine, sa confession ou son orientation sexuelle, comme l’a prouvé votre position sur la laïcité.

Equilibrer le libéralisme

Enfin, et cette campagne l’a démontré encore, il est impératif de moderniser et moraliser la vie publique. Nous serons particulièrement attentifs à l’introduction d’une part de proportionnelle aux élections législatives, à l’interdiction de cumuler plus de trois mandats identiques successifs et à l’assainissement des pratiques parlementaires en matière d’utilisation de l’argent public que vous avez proposés.

Nous préférons vous soutenir plutôt que de consacrer notre énergie à devoir préserver les biens communs que Marine Le Pen pourrait mettre en danger. Nous vous confions notre espoir d’équilibrer le libéralisme par un souci de justice sociale, d’apaiser le pays tant il a été divisé par les épreuves et parfois par les responsables politiques eux-mêmes.

Nous souhaitons trouver en vous le président de tous les Français. Nous vous apportons donc notre soutien -non comme un chèque en blanc mais comme un appel exigeant à préserver et renforcer nos valeurs démocratiques et républicaines. Et nous appelons, à travers cette lettre ouverte, tous nos concitoyens de l’Hexagone et d’outre-mer, aux Français de l’étranger, à faire de même.