Le second tour de l’élection présidentielle qui aura lieu le 7 mai prochain est déjà une date historique. Pour la première fois depuis la Seconde guerre mondiale, les deux grands partis de la droite et de la gauche française en sont tous les deux éliminés et l’extrême droite se retrouve aux portes du pouvoir. Dans cette situation inédite, certains d’entre nous, plusieurs de nos proches, amis, militants, citoyens se posent la question de participer ou non à ce scrutin . Sans donner aucune leçon, sans invectives ni injonctions, cette série de questions-réponses compile simplement des faits et constats pouvant répondre à certaines interrogations avant le vote crucial du 7 mai.

 

 

  • Le Pen ne peut pas gagner ?

 

    • D’après la dernière analyse du Cevipof, “Le Pen pourrait atteindre ou dépasser les 12 millions de suffrages. En 2002, son père en avait recueilli 5,5 millions”. Source : http://www.cevipof.com

    • Comme l’explique Serge Galam, chercheur au Cevipof, qui avait pronostiqué l’élection de Donald Trump et la défaite d’Alain Juppé à la primaire de la droite, “si Marine Le Pen a 42% d’intentions de vote et que 90% des gens qui disent vouloir voter pour elle le font, alors elle gagne si moins de 65,17% des électeurs déclarés de Macron votent effectivement pour lui. Si 65% seulement par exemple votent pour lui, Marine Le Pen gagne à 50,07%.”. Donc Marine Le Pen peut gagner grâce à “l’abstention inavouée”. Source : http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/un-chercheur-explique-comment-avec-l-abstention-inavouee-le-pen-peut-gagner_1902357.html

 

 

  • L’abstention ou le vote blanc ne favorisent pas Le Pen ?

 

    • Les dernières enquêtes d’opinion montrent un resserrement entre les deux candidats qualifiés pour le second tour. Dans ce contexte, l’augmentation de l’abstention, qui pourrait passer de 23% au premier tour à 30-35% au second tour, jouerait un rôle déterminant dans le résultat final.

    • Le mathématicien Cédric Villani estime que “s’abstenir c’est donner la moitié de sa voix au FN”. Il indique également que “personne ne peut garantir que le résultat soit joué d’avance” et “qu’en cas d’abstention trop importante, le verdict des urnes pourrait différer sensiblement des sondages”. Source : http://www.liberation.fr/debats/2017/05/01/cedric-villani-s-abstenir-c-est-donner-la-moitie-de-son-vote-a-marine-le-pen_1566507

 

  • Emmanuel Macron a une large avance dans les sondages ?

    • Les derniers sondages montrent au contraire que l’écart se resserre et l’abstention augmente sensiblement et commence à approcher la zone dans laquelle Marine Le Pen peut gagner. Dernier sondage Elabe : Emmanuel Macron conserve l’avantage mais l’écart se resserre avec Marine Le Pen : il est crédité de 59% (-5) des intentions de vote contre 41% (+5) pour la candidate du Front national. Lien vers le sondage : http://elabe.fr/intentions-de-vote-election-presidentielle-2017-14/

 

 

  • Le Pen ne peut pas gouverner ?

    • Il est au contraire possible d’estimer que dans le cadre de la Vème République, et avec la possibilité, encadrée par l’article 16 de la Constitution de prendre les “pleins pouvoirs”, Marine Le Pen pourrait concentrer de nombreux pouvoirs entre ses mains.

    • Sur ce sujet, cf. le dossier de Mediapart, qui décrit le fait que Le Pen pourrait “parfaitement s’accommoder de la Ve République. Nominations, référendums, état d’urgence : quelques semaines lui suffiraient pour mettre en place un État FN. Peu d’institutions seraient en capacité de résister.” Lien : https://www.mediapart.fr/journal/france/140317/si-marine-le-pen-etait-presidente?onglet=full

 

  • Le programme de Le Pen a changé, il n’est plus dangereux ?

    • Le programme et le projet du FN n’ont pas beaucoup changé. Ils envisagent toujours la sortie de l’Europe et de l’Euro, la réécriture des livres scolaires (notamment sur l’Histoire de la Seconde guerre mondiale) et la “préférence nationale”.

    • Au niveau des institutions, Le Pen souhaite limiter les contre-pouvoirs. Il s’agit de fait de construire un “État FN” avec « une verticale du pouvoir », comme l’a fait Vladimir Poutine, avec une nouvelle constitution qui permettra d’inscrire dans le texte fondamental le principe de la « priorité nationale » et d’autoriser ainsi la mise en place des politiques discriminatoires en matière d’accès à l’emploi, au logement, à la santé, à l’éducation. Ce qui fonde et définit l’extrême droite – l’inégalité et la reconnaissance d’un ordre naturel hiérarchisé – serait ainsi inscrit au cœur même de la République.

    • Lien dossier de Mediapart : https://www.mediapart.fr/journal/france/230317/le-programme-le-pen-2017-au-scanner-de-mediapart?onglet=full

 

La violence du débat de l’entre-deux tours l’a montré : Marine Le Pen cherche avant tout à décrédibiliser l’élection et à dégoûter les électeurs pour augmenter les abstentions et les votes blancs qui sont… sa seule chance de gagner. Mais le 7 mai, ce sera bien à vous de choisir de suivre sa consigne de vote ou ne pas vous résigner. Votez.